Darakiun Faebris

mettez-vous dans la peau d'un dragon et vivez sa vie...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le repos du voleur

Aller en bas 
AuteurMessage
Dûrskiann
Dragon adolescent
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 30
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de personnage
Race: Fils de Noctriun
catégorie d'âge: jeune dragon adulte
Trésor: 565 PO

MessageSujet: Le repos du voleur   Ven 4 Jan - 1:02

La nuit venait d’arriver sur la vaste plaine de Veiriss. De son vaste manteau sombre constellé, elle venait chasser les derniers rayons du soleil en une féerique bataille teintée de rouge et d’or. Au loin, où les quelques arbres caressaient le ciel crépusculaire, l’astre du jour meurtri venait se cacher, implorant la terre de l’accueillir et de le voiler aux yeux de la Lune. Une fois de plus elle était victorieuse. Avançant glorieusement dans le firmament, elle parsemait le ciel noir d’une pluie d’étoiles étincelantes. Ainsi donc, elle trônait majestueusement jusqu’au matin, où le soleil viendrait reprendre ses droits.
Ce fut sur ces terres qu’elle étala ses pâles rayons bienfaisants sur la végétation enchanteresse. Cette étendue, couverte d’une immense chevelure verte où émergent quelques arbres égarés, disparaissait éphémèrement dans les limbes de la nuit, pour y réapparaître métamorphosée. Méconnaissable, oui, elle l’était car là où il n’y a que ténèbres et désolation s’épanouissait, telle une fleure naissante offrant ses pétales au ciel, un monde fantastique. Ce qui était auparavant une verdoyante prairie s’illuminait à présent d’une douce lumière blanche. Tel un paradis perdu, elle se dévoilait à ses yeux ébahis. Tout n’était qu’émerveillement dans cet havre de paix. A la clarté de l’astre lunaire, la végétation, régnant en maître sur ces terres, luisait d’une étincelante phosphorescence, comme si la Terre et le Ciel bienfaiteurs avaient béni de leur union cette contrée. Ce lieu magique s’ouvrait à lui, pauvre être perdu, l’accueillant comme un ami cher qui s’était trop longtemps éloigné.

Il avait parcouru des jours durant les plaines de la région côtière de Tekalai. Il avait survolé la savane de la région sud. Il avait voyagé au hasard, laissant le vent et les étoiles le guidés dans son exode sans fin. Pendant ces jours et ces nuits d’errance, son esprit lui-même vagabondait, non sur cette planète, sur ces vastes étendue, mais immergé dans son passé. Ruminant ses souvenirs, il ressassait dans la tête endolorie les derniers évènements de son existence. La mort puis la vie s’étaient chevauchées à tour de rôle. Toutes ses idées noires s’entremêlaient en un insupportable brouhaha. Et Elle, elle…
Le soir venait de tomber lourdement lorsqu’il entra, ignorant du lieu, dans la fabuleuse contrée luminescente.
La clarté magique qui émanait de ces feuilles, de ces branches, faisait écho à la lueur lunaire, telle une étrange mélodie cristalline. Enchanté par tant de splendeur, le fils de Noctriun, fit quelques pas hésitant dans le rutilant tapis de lumière. Ses pattes ne furent brûlées par aucune chaleur. Avançant, laissant son regard voyagé dans ce paysage fantastique, il s’installa sur une table rocheuse. Malgré le halo lumineux qui s’échappait de l’ensorcelante plaine, les yeux n’étaient agressés d’aucune façon.
Seulement, dans cette resplendissante immensité, il ne se sentait pas chez lui. Trop de calme, trop de sérénité emplissaient ces lieux. Le cœur serré, il s’allongea, mettant sa longue tête entre ses nébuleuses pattes, cachant à sa vue le ravisant spectacle.
Le sommeil l’accaparait, emprisonnant de ses bras l’esprit de la créature noire. Enfin, il pouvait se reposer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cerberus
Prêtre de Noctriun
avatar

Nombre de messages : 193
Date d'inscription : 26/10/2007

Feuille de personnage
Race: fils de Noctriun
catégorie d'âge: dragon adolescent
Trésor: 405 PO

MessageSujet: Re: Le repos du voleur   Sam 2 Fév - 21:52

Le ciel étoilé semblait refléter le sol de cette prairie pour le moins étrange. Toute cette lumière, bien qu'il fasse nuit, agressait les yeux de l'être sombre qui survolait cette zone maudite (pour lui).

Cerberus voulait quitter cet endroit au plus vite. Alors qu'il accélérait, il lui sembla percevoir une douce lueur, une lumière sombre légèrement teintée de violetqui viendrait du sol. Etrange. Ralentissant sa course et réprimant son aversion pour la lumière, il scruta le sol à la recherche de l'origine de ce phénomène innatendu.

Un grand fils de Noctriun était allongé au sol, semblant dormir. A première vue, il n'évait rien d'un idolâtre de la bonté. Mais il ne semblait pas non plus être un admirateur du chaos.

Le prêtre de Noctriun décida de faire une pause. Après tout, il avait faim, et la présence de l'un de ses congénères ici l'intriguait. Il avait horreur de voler d'îles en îles, d'errer dans les cieux, ne se posant que pour manger ou dormir. C'est pourtant ce qu'il faisait depuis qu'il avait quitter le temple. A part les quelques massacres qu'il avait accomplis pour se restaurer, il n'avait rien fait de bien réjouissant.
C'était décidé, il allait se poser ici.

Alors qu'il descendait vers le sol lumineux, il repéra un gros rongeur bien dodu qui gambadait inconsciemment. Changeant de direction, il plongeat vers la malheureuse créature, et la saisit entre ses griffes accérées.
Le choc avait été trop violent, l'animal était déja mort, à la grande déception du prêtre tortionnaire. Il la dévora tout de même en faisant craquer les os, déchirant les muscles, arranchant les membres, bref, en produisant le plus de bruits affreux possible. Une fois son repas terminé, il essuya le sang qui recouvrait ses babines d'un revers de la main.

Le dragon.
Absorbé par le quasi-massacre du gros lapin, il avait presque oublié ce qui l'avait poussé à se poser dans cet endroit répugnant. Scrutant l'étendue lumineuse, il chercha du regard son frère de race.
Il n'était pas difficile de remarquer ce grand être noir dans la blancheur de la plaine.
En se rapprochant de lui, il l'observa d'avantage: il était grand, semblait être fort, et renvoyait de sombres reflets violets aux étoiles et aux brins d'herbe fluorescents. Il avait l'air un peu plus âgé que le jeune dragon aux reflets rouges.

Lorsque Cerberus arriva à une quinzaine de mètre de ce mystèrieux dragon, il s'arrêta et s'allongea, en étirant son cou et en posant la tête au sol. Gardant ses yeux rouges ouverts, il scrutait à présent le visage de l'autre être d'ombre. Il dormait profondément, mais avait l'air préoccupé, contrarié, presque apeuré. Avait-il remarqué la présence due son maléfique congénère? Peut-être.
Mais Cerberus était certain que ce n'était pas cela qui le préocupait.
Fermant les yeux, le jeune dragon écouta les bruissement du vent dans les arbres. Cela avait le don de l'énerver, mais c'est ainsi qu'il attendrait le réveil de l'être endormi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dûrskiann
Dragon adolescent
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 30
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de personnage
Race: Fils de Noctriun
catégorie d'âge: jeune dragon adulte
Trésor: 565 PO

MessageSujet: Re: Le repos du voleur   Lun 4 Fév - 17:21

Dans l’étrange contrée qui se perdait, inondée, soumise à l’océan de ténèbres, une âme damnée errait. Membres anéantis, amas de chairs molles gisant sur la desserte rocheuse, présentoir incongru ; il était là. Le corps malmené d’une créature nébuleuse était abandonné à son sort. Théâtre de l’affrontement du miroitement violacé des écailles foisonnantes, la carcasse du chérubin de la grande dame noire sombrait dans les tréfonds d’une agonie charnelle.
Hantés par ce panorama diaphane où l’horizon s’égarait dans la rutilance de la flore environnante, ses facultés s’engouffraient dans l’antre lugubre de la rêverie.

Rictus sournois. Yeux ébahis. Plus de douleurs, plus d’agressions d’un monde bien loin à présent.
Mais toujours cette luxuriante clarté, non blanche ni séraphique. Chatoyante elle était, envahissant tout son être, l’aveuglant, l’obnubilant. Oui, si douce, si belle, si réconfortante était l’éclat de ces chères amies. N’osant les caresser de peur d’un impitoyable refus, il les contemplait de son regard rongé par l’envie et pourtant si naïf. Elles étaient là, s’exhibant dans le bain de lumière qu’elles généraient par leur gloire. Elles étaient parfaites, si brillantes malgré l’absence d’un cœur chaud et palpitant. Oui, elles n’étaient là que pour lui, que pour leur amant émérite qui arborait son plus reluisant sourire. En effet, elles étaient là, pour lui, uniquement pour lui.
Quoi de plus apaisant que cette douce rêverie ?
Chères amies, tendres, si tendres à sa vue, à son regard nimbé. Et il s’abandonna à la déchéance d’un câlin onirique. Pourquoi lui en voudraient-elles ? Pourquoi le tromperaient-elles ? Plongeant courtoisement dans cette étendue paradisiaque, le dragon noir vogue à travers la matière scintillante que constitue son rêve. Un si beau rêve. Eventrant ses peines, terrassant ses troubles, elles le charmaient de leur brillance dorée. A jamais elles lui appartenaient ; oui, à tout jamais…
Et il nageait dans cette singulière marée éclatante. Ces vagues froides ne maltraitaient en rien à peau, sa chair. Humant le doux parfum qui, délicatement, s’y dégageait, le fils de Noctriun sombrait avec ferveur à cette jouissance imaginaire. Quelles délicieuses exhalaisons, suaves et brumeuses ; goût de sang…
Pourquoi ? Qu’est ce qui pouvait en être l’origine ? Comment l’ignominie rougeâtre pouvait les avilir, elles ? La bien aimée clarté, si précieuse à son cœur, s’effaçait, fuyait son regard interrogateur. Non ! Pourquoi ? Plus de lumière, plus de matière rutilante, que sang et désolation. Une mer rouge inondait dorénavant son rêve, métamorphosé en sinistre cauchemar. Où étaient-elles allées ? L’avaient-elles abandonné à un sort funeste ? Le souffle court, il s’engouffrait inexorablement dans la déferlante nauséabonde, se noyant dans l’aversion. Pourquoi… ?

Le délicieux sourire s’était mue en une grimasse écoeurée, dévisageant la figure de l’endormi. Seules lueurs cristallines, des larmes perlaient aux coins de ses yeux clos. Acculées par des rivales, elles s’échappaient sur les joues du malheureux pour achever leur course folle sur la pierre inanimée, accueillant leur désespoir.
La fétidité du sang emplissait son esprit, ses rêves en étaient corrompus. Qu’est ce qui était à l’origine de cette cérémonie funèbre ? Qui était l’imposteur de cette délectation ?
Cette puanteur laissa place à une autre effluve, plus malsaine encore si cela pouvait être possible. Une senteur maligne, porteuse de calamités, se rependait dans l’atmosphère limpide du clair de lune.
Oui, c’était cela, il le savait, il le sentait. Il n’était plus seul à présent. Une ombre venait visiter sa consoeur, une ombre délétère venait de faire irruption dans son paradis perdu.

Son cœur se crispa. Ses muscles se raidirent. L’essence macabre se rapprochait, doucement. Le bruissements de ses pas se dérobaient dans l’étendue herbeuse. La créature abjecte s’acheminait vers lui, son regard accusateur pesait maintenant sur sa tête aux traits redevenus sages. Il le sentait. Ce regard, un regard dément, agressait son corps, son visage. Le souffle de la mort refluait de l’être obscure. Des relents de chairs dépecées, digérées, s’échappaient de sa gorge, de la bête infernale elle-même.

Que pouvait-il faire ? Qui était-il ? Un dragon ? Sûrement. Bienveillant ? Il en était moins sûr. Ses pensées s’emmêlaient dans les méandres d’un esprit fatigué. Fuir ? C’était une possibilité. La fuite, tendre allié, il ne l’avait jamais quitté ; elle était trop précieuse.

Un tintement cristallin apparut furtivement. Imperceptible pour la plupart des êtres vivants dans ses contrées mais qui ne lui échappa pas. Ce bruit, ce gracieux entrechoquement, c’était celui de pièces d’or. Oui, elles étaient là, tout près de lui, il pouvait entre le léger murmure de leurs caresses. Elles étaient emprisonnées, à la merci de cette créature impure ; les douces compagnes de ses rêves. Elles agonisaient.

Non ! Il ne pouvait ignorer leurs appels plus longtemps. Et ce sont des yeux pleins d’envie et de hargne qui se révélèrent à l’inconnu. Prenant appui sur la table de pierre qui avait accueilli son être meurtri quelques temps auparavant, le tumultueux fils de Noctriun se jeta sur son congénère. Un fils de la Dame noir ? Peut lui importait, l’appel de l’or était bien plus fort et ardent. Il les sentait, il en était proche, très proche.
Son cœur abattait à tout rompre lorsque son maître, griffes dehors, avait pris d’assaut la créature de ténèbre, sa sœur de sang ; son ennemi d’esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cerberus
Prêtre de Noctriun
avatar

Nombre de messages : 193
Date d'inscription : 26/10/2007

Feuille de personnage
Race: fils de Noctriun
catégorie d'âge: dragon adolescent
Trésor: 405 PO

MessageSujet: Re: Le repos du voleur   Sam 9 Fév - 1:27

L'étrange dormeur, venait a peine de quitter le pays des rêves qu'il se ruait déja sur son confrère maléfique.
Etrange . Il ne semblait pas en vouloir à la vie de Cerberus, mais à autre chose. Ce que c'était? Le jeune prêtre s'en moquait pas mal. Pour le moment, il fallait éviter l'attaque de cet être.

Evitant les coups de griffes du dragon mystèrieux, il roula sur le côté, avant de se relever, piétinant le tapis lumineux.
Emporté par son élan, l'autre enfant de l'ombre dépassa Cerberus de quelques mètres avant de parvenir à s'arrêter.

Etrange folie.
C'était comme si, un bruit, une odeur, l'avait poussé à se ruer sur le jeune prêtre. Etait-il sous l'emprise d'un autre?
Le fils de Noctriun plongea son regard dans les magnifiques yeux ambrés de son frère de race. Non. Il était lui-même, et agissait de son propre chef. Mais dans ce cas, pourquoi agissait-il ainsi? Il est vrai que parfois, il fallait juste avoir envie de sang pour justifier le meutre d'un autre.
Mais là c'était différent. Le sang chaud et bouillonant n'interessaient pas l'ancien dormeur.

Se mettant sur ses gardes, prêt à éviter une nouvelle attaque, Cerberus s'adressa à l'autre dragon, tache sombre dans l'infinie étendue luminescente.


"J'ignore quel est ton nom et à vrai dire, il m'importe peu. Moi même je ne te révèlerai pas le mien.
Je ne me souviens pas m'être battu contre toi par le passé, et j'avoue que les raisons qui t'ont poussées à m'attaquer me sont inconnues. Je t'ai bien observé, et tu ne semble pas être un tueur sanguinaire, ni être en proie à une quelconque folie..."
En disant cela, Cerberus ne pouvait s'empêcher de rire intèrieurement. Son interlocuteur devait peut-être pensé exactement le contraire de lui. Il est vrai qu'avec ses grands yeux rouges vifs et ses écailles aux reflets sang, il pouvait difficilement se faire passer pour autre chose qu'un monstre assoifé de sang. Tout à ses pensée, le jeune dragon poursuivait son dialogue.

"Si toutefois tu souhaites te battre contre moi, saches que ce ne sera pas aussi aisé que tu l'éspères. Et si tu as le malheur de me tuer, tu risques fort de ne plus jamais être en paix."

Pendant qu'il parlait,le dragon noir observa une nouvelle fois son interlocuteur. Il ne s'était pas trompé. Cet individu semblait bel et bien être puissant et...
Le fil de ses pensées se coupa net lorsqu'il aperçut sur le corps de l'autre dragon d'ombre, un point immaculé qui semblait se balancer doucement, se pliant aux douces caresses du vent. Cerberus cligna des yeux et secoua la tête plusieurs fois avant de regarder de nouveau. Disparu. Son esprit tourmenté lui jouait-il encore des tours ou bien cette plume était-elle vraiment là quelques instants auparavant? Il éspérait avoir rêver. Cette tache, si elle existait, n'était rien d'autre qu'une plume apartenant à une dragonne qui lui était sinistrement familère.
Cette vision lui inspira de la méfiance pour le grand dragon d'ébenne.
Les muscles tendus, prêt à bondir, non plus pour esquiver mais pour attaquer au cas où son confrère esquisserait un geste agressif, Cerberus attendit la réponse du reptile aux yeux ambrés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dûrskiann
Dragon adolescent
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 30
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de personnage
Race: Fils de Noctriun
catégorie d'âge: jeune dragon adulte
Trésor: 565 PO

MessageSujet: Re: Le repos du voleur   Dim 10 Fév - 1:58

La terre, légèrement humidifiée par la fraîcheur nocturne, offrit à l’intrépide un solide appui. La réception fut douce, à l’instar de cette brise éthérée qui enveloppaient les enfants de la grande Dame de ténèbres. La terre, tout comme l’apaisant tapis luminescent enveloppaient à présent les instruments de haine du dragon désinvolte.
Epée au fourreau, il se mue lestement devant l’être nimbé de rouge, ombres insaisissables. Se dévêtant de sa fragile passivité, il poignarda son frère de sang d’un regard enfiévré ; deux isthmes sombres noyés dans l’immensité ambrée de ses yeux rivés sur l’intrus. Le souffle court, le cœur battant à tout rompre, il écoutait patiemment les paroles d’indésirable créature.

Ses dires chaviraient dans les méandres insolubles de son esprit courroucé. Perdu au sein de l’océan de ses pensées, ils se diluèrent pour ne devenir que bruits indiscernables, comme autant de vagues écumantes venant s’écraser contre les roches acerbes de son cerveaux.
Seuls palpitaient clairement les voluptueux tintements des adorables convoitises. Ayant terminé sa tirade, le jeune insolent le contempla curieusement. Dans son regard fier, une once de folie meurtrière attisée par de vils souvenirs sanglants. Et pourtant, durant une seconde, un lapse de temps infime, il vacilla. Quelle pouvait être l’origine de son trouble ? Cette brèche dans l’infranchissable rempart abjecte le fit frémir de plaisir. Certes, ce n’était qu’un misérable confrère draconique apathique ; cependant ses paroles, s’effaçant en faible écho dans l’atmosphère, laissèrent en lui un goût amer.

Jamais être en paix ? L’était-il déjà ? Revenant à lui, l’ombre noire se figea. L’ensemble de ses muscles se crispèrent en une immuable statue osseuse. Prêts à l’éventualité d’un combat rapproché, ses sujets se tenaient à l’affût, près à dégainer leurs armes mortelles.
Oui en effet, nulle envie meurtrière ne subsistait en son cœur, seul l’appât du gain envahissait tout son être, torturant son âme. Son rêve brisé par l’importun demeurait à tout jamais graver dans sa mémoire, ce métamorphosant en douce folie légitimée par son appétit de richesses.

L’air se teinta de ces aériennes paroles, fruits d’un âpre labeur de maîtrise de soi.


" Odieuse créature ! La seule folie qui m’habite est celle qui m’enhardira à te dérober tes biens ; tes tendres et précieux joyaux.
Nul affrontement ne souillera ces plaines radieuses si ta conscience te souffle de bons conseils. Abandonnes ta bourse et le sang ne coulera pas, pas pour l’instant. "

Sa proie entretenait son attitude hiératique. Oui, il pouvait se méfiait. Certes, le jeune descendant de Noctriun était plus jeune que lui, fumée insaisissable, néanmoins une étrange lueur nocive luisait dans son regard malsain, lueur infiltrant un imperceptible malaise au milieu du cercle viscéral.
Quoiqu’il en soit à la fin de cette joute verbale, son sort était déjà tracé. Il aurait cet or. Il le voulait, il le désirait tant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cerberus
Prêtre de Noctriun
avatar

Nombre de messages : 193
Date d'inscription : 26/10/2007

Feuille de personnage
Race: fils de Noctriun
catégorie d'âge: dragon adolescent
Trésor: 405 PO

MessageSujet: Re: Le repos du voleur   Dim 10 Fév - 16:06

"Nul affrontement ne souillera ces plaines radieuses si ta conscience te souffle de bons conseils."

Le grand fils de Noctriun venait de terminer de parler. Dans les minutes qui suivirent, un silence pesant s'abattit sur la plaine.

"Nul affrontement ne souillera ces plaines radieuses si ta conscience te souffle de bons conseils."

Cerberus n'avait retenu que cette phrase. Il se la remémorait, encore, et encore, voulant prolonger ce moment le plus longtemps possible.
C'en était trop, il ne pouvait plus se retenir. Le silence vola en éclat, chassé par un rire affreux.
Oui, le prêtre riait, il riait de son rire froid et sans vie, il riait à gorge déployée, comme si'il venait d'entendre la chose la plus drôle qu'il n'avait jamais entendue. Et pourtantce rire n'évoquait rien de joyeux. Il ne pouvait pas être joyeux.
Réussissant à se calmer un peu, Cerberus parvint à articuler ces mots:


" Ma conscience...hihi... ma conscience... à supposer que j'en aie une, comment peux-tu penser une seconde qu'elle m'ordonnera de rester sage, de me laisser faire sans porter le moindre coup? M'as tu bien regardé? Ma conscience à t'elle vraiment l'air de me souffler de "bons" conseisl? "

Et c'était repartit. Il riait encore et toujours. Tout en étant en proie à son hilarité, il essayait de se remémorer les autres paroles de son confrère.

"La seule folie qui m’habite est celle qui m’enhardira à te dérober tes biens ; tes tendres et précieux joyaux. "

Nouvel instant de silence, puis nouvel éclat de rire. Cette fois-ci, il devait se retenir pour ne pas se rouler par terre.
Il jetta un coup d'oeil au visage consterné de son interlocuteur, et son rire redoubla. La dernière fois qu'il avait autant rit, c'était lorsqu'il avait vu l'expression de surprise horrifiée d'une dragonne qui avait retrouvé tout ses petits en train d'agoniser, sous le ragard malsain d'un dragon noir couvert de sang. En se remémorant ceci, il riait encore plus fort.
Cerberus se disait que l'autre dragon d'ombre devait le croire totalement fou. Et il n'avait pas tort. Il était fou.
Au bout de quelques minutes, il se calma soudainement. Le prêtre venait de remarquer qu'il riait comme Minasmor riait dans les rêves qu'il faisait depuis quelques temps.


" Les plaisenteries les plus courtes sont les meilleures.
Ainsi donc, tu n'est qu'un vil être corrompu par la richesse. Voleur, j'avais imaginé autre chose. Tu me vois déçu. Et que va tu faire avec cette richesse? Veux-tu acquérir un pouvoir quelconque? As-tu honte de ta force actuelle, as tu honte du pouvoir que t'a donné notre mère à tous?
Cet argent m'importe peut, mais je ne te le céderai pas pour autant. Sait-on jamais, il peut toujours m'être utile et..."

Nouveau silence.
Nouvelle tache blanche, nouvelle illusion. Encore une fois, elle avait disparu. Mais pourtant, elle semblait bien réelle. Cerberus changea de ton.


"Trève de bavardages innutiles. Es-tu conscient d'avoir avec toi une plume appartenant à un être détestable? Cela fait deux fois qu'il me semble l'apercevoir."

Le voleur avait à présent une drôle d'expression. C'était compréhensible, après le spectacle que venait de lui offrir le prêtre torturé.
Toujours prêt à mordre, le dragon rougeoyant attendait la réponse ô combien attendue du voleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dûrskiann
Dragon adolescent
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 30
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de personnage
Race: Fils de Noctriun
catégorie d'âge: jeune dragon adulte
Trésor: 565 PO

MessageSujet: Re: Le repos du voleur   Sam 23 Fév - 1:31

Dévalant une montagne de désinvolture, une avalanche de rire ébranla se calme serein qui régnait en maître jusqu’à présent. Un écho malsain submergea les lieux, imprégnant chaque parcelle d’ondes nocives. Se précipitant sur l’être noir, ces affronts ne l’effleurèrent en rien. Inerte dans sa stature, le faible vent s’écrasant sur son armure écailleuse, il était la montagne inattaquable, indifférent aux sarcasmes infligés par la créature immonde.
Le chant de ses railleries laissait un goût amer en son âme. Corps impassible mais esprit ébranlé par tant de mépris, il restait de marbre, torturait son adversaire de son regard ardent. L’envie avait quitté son corps, fuyant l’invasion fulgurante de la haine qui déferlait dorénavant dans ses veines, dans ses muscles, dans chaque recoin de son être. Des frissons s’incrustaient sous son manteau d’écailles, témoin de la violence de la joute qui menait combat au sein du dragon noir. Les griffes profondément implantées dans leur étaux de terre se tenaient prêtes à se déployer afin d’éviscérer la créature abjecte. Son sang bouillonnait de rage ; d’une rage qui consumait ses entrailles ; qui l’embrasait tout entier.
Figé dans son exaspération, il scrutait avec mépris l’ignominie en pleine hilarité.

Et ses paroles résonnèrent dans l’atmosphère limpide comme autant de vibrations contaminée par ses râles vénéneux. Ainsi donc il osait l’insulter ; l’outrageant lui et, de cette manière tout ce qu’il avait de plus cher. Oui, il était, du plus profond de sa chair, un sang de voleur coulait en lui, le tenait en vie de ses intrépides bouillonnements. Comment pouvait-il renier ce qui avait été toute sa vie, tout ce qu’y l’emplissait, aussi insoluble que l’essence vitale qui l’inondait ?
Meurtri dans sa fierté de dragon errant, autant que celle-ci pouvait cohabiter avec un esprit malmené par les vicissitudes d’une vie de banni, il le toisait de ses yeux ambrés emprisonnant un fragment noir.
Honte de son pouvoir ? Honte de sa parenté avec la Grande Dame noire ? Ainsi donc il était bien fou, il n’en était plus à en juger. La folie régnait en souverain incontesté dans cet esprit délabré. Ce don qui l’habitait depuis maintenant tant d’année, cette maîtresse de chaque instant, amie réconfortante, ne pouvait être traité avec autant d’arrogance par un jeune avorton.

Cependant, au tréfonds de ses entrailles, il sentait un trouble subvenir, écrasant de son poids ses certitudes assujetties. Pourquoi s’attachait-il si ardemment à l’octroi de butins avantageux ? Quel en était le but ? Le pouvoir et la puissance ? Certes cela était bien alléchant mais en quoi cela pourrait-il servir à un fugitif ? Toutes ces questions retentissaient dans son esprit perdu. Il n’en avait aucunement les réponses. Désarçonné par ces vérités qui le rattrapaient, il se débattait tant bien que mal pour garder la tête hors de cet océan d’appréhensions. Une seule chose était en sa portée, aussi indéniable que la réalité qui l’environnait, il devait le faire. Etait-ce pour se prouver quelque chose ? Se révéler tel qu’il voulait être, tel qu’il devait être ?

Maelstrom de sentiments, d’incompréhensions, de rage, il ne pu se contrôler plus longtemps. Laissant échapper sa haine et ses poignards acerbes, il se précipita sur sa proie. Malgré sa relative jeunesse, la force habitait cet être rouge ; force qui fut néanmoins enclavée par l’armée de muscles du fils des ténèbres. Exacerbé de hargne, il venait de le plaquer au sol, dans un halo de lumière délétère. L’assaut avait été furtif mais considérable face au dragon d’ombre et de sang.
Le dos violemment tombé à terre, ses ailes prisonnières du soyeux tapis irradiant, il ne pouvait qu’écouter les paroles de son frère de race.
La respiration sifflante, il plongea son regard dans celui de l’être fourbe.


"Comment oses-tu prononcer de telles injures ? Ce que je ferais de tes biens ne te préoccupe en aucune manière. Méfies-toi quand même temps que ta bourse, je ne dérobe pas d’un même trait ta vie. La grande Dame n’intervient en rien là dedans. Laisse la dans son royaume d’ombres.
Le destin est si imprévisible. La Providence à tout moment peut nous toucher ; nous infligeant à tous les pires afflictions. Tels sont les dures lois de la vie."

Ces dernières paroles avaient été suaves et délivrées en même temps qu’un sourire vide de joie mais empreint d’un plaisir certain. Et plus doucement, pencha son long museau vers son oreille. Et dans un interminable murmure, il tient ses conseils.

"Quant à la princesse blanche, je te déconseilles fortement de lever la main sur la douce peau. Elle est à moi, à moi et à personne d’autre."

Son trouble se propagea dans ses yeux rouge se qui finit de faire jubiler son rival. Ainsi donc il ne s’était pas trompé, il la connaissait. Son regard, par plusieurs fois, s’était posé sur la frêle plume, trophée inattendu.
Un fin cliquetis se fit entendre dans le silence qui avait repris ses droits et d’un fugace battement d’ailes, le dragon noir prit de l’attitude. Son dessein n’était pas une fuite improvisée mais un saut vertigineux afin de reprendre ses distances de l’être malsain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cerberus
Prêtre de Noctriun
avatar

Nombre de messages : 193
Date d'inscription : 26/10/2007

Feuille de personnage
Race: fils de Noctriun
catégorie d'âge: dragon adolescent
Trésor: 405 PO

MessageSujet: Re: Le repos du voleur   Sam 23 Fév - 21:16

Fini de rire. Il avait osé porter la main sur lui, le souiller en le maintenant allongé dans cet ignoble tapis lumineux. Et ses paroles...
En se relevant, il regarda s'éloigner le voleur. Dans ses yeux, le feu de sa haine doubla d'intensité, attisé par sa colère empreinte de folie.
Envahi par la rage, il hurla d'une voix grondante:


"Voleur! Sache que la "princesse blanche" comme tu la nomme, est fille de ceux qui ont ruiné mon existence avant même qu'elle ne commence. ELLE PERIRA DONC DE MES MAINS, QUE JE SOIS VIVANT OU MORT!"


Reportant son attention sur le sol, il lacéra la végatation. Puis fermant les yeux et semblant se concentrer, il enfonça ses griffes dans le sol. Autour de lui s'élargissait un tapis d'ombre, qui recouvrait la lumière, faisant fuir toutes sortes de créature qui se trouvait là. Lorsqu'il rouvrit les yeux, le cercle n'était pas très grand, mais aucune lumière ne semblait pouvoir l'altérer. De la où il était, le voleur ne pouvait voir que des contours sang. N'importe qui auait cru apercevoir la dépouille sanglante d'un guerrier tombé au combat, s'il n'y avait pas au milieu de l'ombre deux points rouges vif, qui semblaient être la seule source de lumière au sein de ce cercle maudit.
Bien en appui sur ses quatre membres, le jeune dragon maléfique observait son confrère aux contours violet. Il ne semblait pas fuir. Juste s'éloigner.
L'être rougeoyant , au centre de son cercle, commença à répeter des mots, de plus en plus vite, comme s'il se livrait un quelque rituel lugubre. Plus il parlait, plus il rentrait dans une sorte d'état second. Chaque mouvement de ce qui l'entourait l'irritait de plus en plus.


"Attraper attaquer etriper déplumer lacérer réduire détuire tacher découper briser broyer démembrer égorger écorcher attraper attaquer étriper déplumer lacérer..."

Ses paroles se perdirent dans un râle affreux, si ignoble que la Mort elle-même aurait pu en être l'auteur.
Il avait hâte de partir en guerre. Mais il ne partirai pas avant d'avoir planté ses griffes dans la chair du voleur, au moins une fois.
Les muscles tendus, Cerberus attendait. Son confrère allait spurement revenir. S'il ne revenait pas, il irait le chercher.
L'un était voleur, l'autre était tueur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubia
Jeune dragon
avatar

Masculin
Nombre de messages : 34
Age : 30
Localisation : dans les flammes de l'enfer
Date d'inscription : 05/06/2007

Feuille de personnage
Race: dragon de Kaleus
catégorie d'âge: jeune dragon adulte
Trésor: 170 PO

MessageSujet: Re: Le repos du voleur   Sam 1 Mar - 4:56

Les deux fils de Noctrium dans cette plaine resplendissante se préparait à un combat dont l'issue ne semblait pas sure. L'air de la plaine blanche était devenu lourd et malsain, empoisonné par les relents putrides du rituel maléfico-ténébreux du prêtre de la Dame Noire, et agité par les airs excédés et cupides du grand dragon noir. Tout deux se pensait seuls et tranquille pour pouvoir s'étriper à cause de quelques pièces d'or et de répliques acerbes bien placées.

Mais non loin de là, un autre être observait la scène depuis son commencement, semblant bien s'amuser devant ses deux mâles bourrer de testostérones voulant s'éventrer dans les règles de l'art. Cet être qui à chacun de ses pas grillait le sol lumineux, qui prenait des tons bruns sombres, regardait avec envie les deux dragons de Noctrium bouillonnant de mépris l'un envers l'autre.


"Deux courageux et talentueux dragons de la Dame Noire se battant pour de simple pièces d'or et des insultes si insignifiante, c'est vraiment pathétique!! J'aurais presque envie de renoncer a m'en faire des compagnons de couche."

Les deux dragons se retournant virent non loin de là une jeune dragonne d'un rouge profond et dont les yeux vert-bleus ensorcelants scrutait le moindre détails de leur anatomie. Elle était attirante, la question ne se posait pas, mais les bandeaux de flammes lui ceignant le corps et les ailes aurait pus en découragé plus d'un.

"Alors je commence par lequel? A moins que vous préfèreriez finir votre différent de "dragonnets"?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cerberus
Prêtre de Noctriun
avatar

Nombre de messages : 193
Date d'inscription : 26/10/2007

Feuille de personnage
Race: fils de Noctriun
catégorie d'âge: dragon adolescent
Trésor: 405 PO

MessageSujet: Re: Le repos du voleur   Jeu 6 Mar - 16:28

Une voix chantante mais emplie de mauvaises intentions tira Cerberus de sa transe maléfique. Tournant vivement la tête, il découvrit non sans mécontentement qu'une jeune dragonne rouge se tenait à quelques mètres de lui. Depuis quand était-elle là? Pourquoi n'avait-il pas senti sa présence? Ces questions avaient sûrement des réponses mais Cerberus s'en moquait pas mal.

Le jeune fils de Noctriun aspira l'ombre qu'il avait répandue par terre en enfonçant sa patte droite dans le sol. Il se tourna ensuite vers la nouvelle venue afin de l'observer avec plus d'attention.
Elle était certainement une fille de Kaleus, avec ses écailles rouges et ces flammes qui gravitaient autour d'elle. Ses yeux bleus-verts brillaient d'une lueur mi malsaine- mi amusée. Cette dragonne ne devait pas être une enfant de choeur. Il se dégageait d'elle une attitude que Cerberus n'aimait pas. Elle était... comment dire?
Le dragon noir ne pouvait pas la définir clairement. La jeune dragonne se voulait attirante, tel une sorcière qui chercherait à séduir ceux qu'elle rencontrait pour les attirer dans quelque piège.
Plus il la regardait, moins Cerberus arrivait à la supporter.

Avec un grognement de mépris et d'énervement, il déploya ses larges ailes noires et s'éleva au dessus de la plaine. Une fois dans les airs, il contempla l'étendue lumineuse qui s'étendait sous lui.
En quelques instants, les trois dragons avaientchassé la sérénité qui régnait dans ce lieu vénéré des dragons de lumière. A coté d'un cercle de végétation morte, calcinée par quelque force maléfique, l'herbe était piétinée. Un peu plus loin, au milieu d'une flaque de sang, gisaient quelques os broyés. Et au sol deux dragons étaient posés, éloignés l'un de l'autre.

Le jeune fils de Noctriun se demanda un instant ce qu'il allait faire. Partir? Son regard se posa sur son confrère de race. Le voleur qui venait d'atterir ne semblait aspirer qu'a un peu de calme.
Non. Cerberus ne partirait pas tout de suite. Il avait un différent de "dragonnet" à régler avant.


"Je ne vais pas le tuer. Juste goûter au sang de celui qui... "pactise avec l'ennemi"!" murmura t'il pour lui même.

Alors, plaquant ses ailes contre son corps, il plongea en direction du voleur, prenant de la vitesse à chaque mètre. Plus il approchait de sa proie, plus le sourire malsain qui fendait son visage s'élargissait. Et il allait toujours plus vite.
Lorsqu'il serait à quelques mètres du dragon, il redresserait son vol, passant juste au dessu du voleur avant de reprendre de l'altitude. Au passage, il lui laisserait trois belles et profonde entailles écarlates sur le flanc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dûrskiann
Dragon adolescent
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 30
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de personnage
Race: Fils de Noctriun
catégorie d'âge: jeune dragon adulte
Trésor: 565 PO

MessageSujet: Re: Le repos du voleur   Dim 9 Mar - 18:55

Le grand dragon noir effleura la luxuriante prairie souillée par tant de disgrâce et de corruption. Fouillant la terre encore fraîche, les pattes marquèrent le sol de profondes empreintes, signatures indélébiles. La descendance de Noctriun n’était plus seule à contaminer la luisante campagne qui s’étendait gracieusement de part et d’autres d’eux. Une créature flamboyante avait fait son apparition, inondant l’air limpide d’une lumière écrasante et torturée, et libérant une chaleur torride qui calcinait toute la végétation l’environnante.
Ce rejeton de l’Enfer, point lumineux dans l’immensité obscure de la nuit, irradiait de malveillance. Crachant son venin dans des paroles suavement articulées, elle empoisonna les deux fils de la Dame noire, les imprégnant de colère.

Ignorant la fille de Kaleus, l’importun bascula dans les ténèbres célestes. Hors de portée du pègre affamé de richesse, celui-ci lui offrait le moyen de se rasséréner. La situation devenait cocasse. A huis clos, le trio infernal, massacrant l’ensemble de la planure, se dérobait à toutes les règles de bienséance. Le tête-à-tête commençait à devenir très intéressant.

Propulsé à terre, il souffrait. L’attaque fulgurante du partisan du mal avait porté ses fruits. Des entailles cernaient son poitrail, laissant couler de fins ruisseaux rougeâtres. Un large sourire traversa le visage torturé de l’être abjecte. De faibles tintements cristallins retentirent dans l’atmosphère malsaine, source de l’euphorie mal placé du dragon noir.
Allongé de tout son long dans le délectable tapis soyeux, il contemplait son œuvre. La bourse de l’être avili triomphait fièrement, couronnée d’une gerbe d’herbes. Il n’avait plus qu’à tendre la patte pour recevoir son prix. Toutes les blessures du monde n’étaient que de faiblardes marques face au bien qui allait être sien.
Ensuite, il s’occuperait de la dame de feu.
Ce différent de dragonnet allait lui rapporter gros. Il souriait ouvertement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubia
Jeune dragon
avatar

Masculin
Nombre de messages : 34
Age : 30
Localisation : dans les flammes de l'enfer
Date d'inscription : 05/06/2007

Feuille de personnage
Race: dragon de Kaleus
catégorie d'âge: jeune dragon adulte
Trésor: 170 PO

MessageSujet: Re: Le repos du voleur   Lun 10 Mar - 2:25

[dsl je n'arrive pas a supprimer le message]

Soudainement les deux fils de la Dame Noire
entendirent une chose totalement incongrue pendant un combat: un rire
tonitruant et moqueur. La fille du Grand Infernal riait à gorge
déployée en fixant la situation des deux dragons noirs après l'attaque
de Cerberus. Puis elle essaya de se reprendre et lança vers eu:


"Hihihi....
hi... hi... c'est vraiment trop cocasse!!!! L'un ne résistant pas a mon
charme dévastateur ne peut s'empécher d'attaquer l'autre pour me
défendre ou pour me démontrer sa force et ce même dragon ne trouve rien
de mieux de se faire voler ses pièces d'or. Je suis morte de
rire....hihihihi!!! Franchement pour tuer quelqu'un il y a des manières
plus subtiles que cela.... Tiens! C'est une idée... Je vais vous faire
une démonstration! Préparez-vous!!"

A ces mots les deux fils
de Noctrium virent que la dragon brulante avait déployée ses ailes et
s'envola au dessus d'eux. Arrivée au point culminant elle fit tournoyer
des flammes autour d'elle, à des vitesses et a des intensités
différentes. Un spectacle beau, fantastique, dangereux et
tellement..... tellement..... envoutant et........ HYPNOTISANT ! Plus
elle s'approchait plus elle avait des mots envoutant et qui amplifiait
son tournoiement.


"Venez à moi fier dragons noirs..... vous
serez bientôt en mon pouvoir.... Je vous donnerez des plaisirs
qu'aucune dragonne ne peut vous offrir et ce jusqu'à ce que la mort
nous sépare......"

*Heureusement que la chaleur aide pas mal à
mettre à l'aise physiquement les corps et que les mouvement et
lumièresdes flammes perturbent l'esprit. Vu que je ne suis pas esprit
je dois me débrouiller plutôt bien dans mon effet hypnotisant. Les
petits animaux sont facilement influençables mais je n'ai jamais tester
sur des fils de cette félonne de Noctrium. Si sa marche je vais passer
du bon temps ce soir, sinon ils m'intéresseront encore plus.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cerberus
Prêtre de Noctriun
avatar

Nombre de messages : 193
Date d'inscription : 26/10/2007

Feuille de personnage
Race: fils de Noctriun
catégorie d'âge: dragon adolescent
Trésor: 405 PO

MessageSujet: Re: Le repos du voleur   Ven 14 Mar - 22:20

Reprenant un peu d'altitude, Cerberus regardait sa main avec un sourire peu engageant. Le voleur avait les écailles dures, mais sentir ses griffes briser la peau pour ouvrir quelques vaisseaux sanguins... c'était divin. A présent, des gouttes de sang qui ne lui appartenaient pas allaient s'écraser au sol. Cerberus ne demandait rien de plus et alla se poser à quelques centaines de mètre des deux autres dragons. Seul petit bémol, le voleur lui avait pris son trésor. Après tout, ce n'était pas trop grave. Qu'aurait-il fait de cet argent? Pas grand chose, à part peut-être farcir ses victimes avec une fois qu'elles seraient mortes... Ou alors assomer ses adversaire avec cette masse carillonante. Le jeune prêtre fit part de ses réflexions à son sombre confrère:

" VOLEUR! Garde mon argent si cela peut te rendre heureux, je n'ai pas besoin d'une chose si superficielle! Si ce n'est..."

Il voulu poursuivre sa phrase mais quelques chose l'en empéchait. Dans le ciel, des points ardent tourbillonaient en un gracieux ballet. Ces points rougeoyant se rapprochaient de lui, en l'innondant de leur douce chaleure. Et au centre de cette envoutante chorégraphie, la mystèrieuse fille de Kaleus, cette sorcière, prononçait des paroles envenimées, bien que captivantes. Cerberus n'entendait pas les mots, mais il ne pouvait s'empêcher d'écouter cette voix qui semblait se mêler à la danse des boules de feu.
La dragonne se rapprochait de plus en plus. La chaleur devenait suffocante, et quelque chose empêchait le jeune dragon de profiter pleinement du spectacle dangereusement envoutant qui s'offrait à lui. Encore à demi maître de lui même, il chercha la cause de ce désagrément, afin de pouvoir se plier totalement aux voeux de cette sorcière. Mais plus elle se rapprochait, plus il reprennait ces esprits.
La lumière... le feu l'éclairait, lui apportait cette lumière maudite qu'il haïssait tant. Presque instinctivement, il cracha en direction du feu un épais nuage d'ombre. Les ténèbres s'installèrent, masquant le dangereux spectacle ardent. Se fondant dans la masse d'ombre qu'il avait créer, Cerberus hurla à l'attention de l'ombre voleuse:

"Elle essaye de nous manipuler! Tout voleur que tu soit, ne laisse pas les flammes de cette dragonne consummer ta volonté!"

Ce n'était pas franchement dans les habitudes de Cerberus d'aider les autres dragons. Il les laissait même toujours dans leur pétrin. Mais là, c'était différent. Le jeune dragon n'aimait pas qu'on essaye de manipuler son esprit.
Renforçant son nuages d'ombre, Cerberus attendait que le voleur réagisse. Il ne s'attarderait pas longtemps dans cette plaine. S'il n'éprouvait aucune sympathie pour son confrère, la proximité de cette sulfureuse dragonne l'insupportait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dûrskiann
Dragon adolescent
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 30
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de personnage
Race: Fils de Noctriun
catégorie d'âge: jeune dragon adulte
Trésor: 565 PO

MessageSujet: Re: Le repos du voleur   Sam 15 Mar - 20:21

Les marques ensanglantées de son frère ennemi l’enveloppaient d’une écharpe amère, filée d’épines rougeâtres qui délivraient paisiblement leur poison. Relevant sa carcasse ténébreuse où de pâles méandres violacés fêtaient l’œuvre de mort, le fils de Noctriun ausculta les meurtrissures d’un œil avisé, son compère étant fixé inlassablement sur le butin durement gagné. Ce n’étaient que de simples griffures superficielles qui n’entraveraient pas ses mouvements. Néanmoins, alourdies par l’apesanteur, de rares larmes venaient tachées le somptueux manteau immaculé.
Ces êtres absurdes avaient introduits la décadence dans cet havre paisible où seuls le silence et la lumière gouvernaient d’une main de maître. La haine usurpatrice avait souillé ces lieux, rendant impure l’air véhiculé par la faible brise, qui inondait l’atmosphère d‘un doux parfum morbide. Les spires de calamités tournoyaient face à lui, criards pantins de chairs et d’os amoindris par la colère.
Affables créatures, sources jaillissantes de tourments, elles exaspéraient de leur pose grotesque l’ombre noire à l’affût d’une réplique sanglante.

Ce fut une joute verbale qu’il recueilli, celle lâchée sans égard par l’impétueuse fille du démon ardent. Une autre, lancée par son compère de race, fut évincée par la prestation sulfureuse de la dame rougeoyante. Arborant des couleurs chatoyantes, la dragonne prodigua à l’assemblée un flot de chaleur étouffante qui s’épanouie dans l’obscurité constellée. Des effluves enivrantes vinrent séquestrer le dragon noir, le drapant d’un funeste voile impalpable.
Dans la mascarade de feux follets, la créature aux yeux étincelants, tels deux miroirs annonciateurs d’un destin macabre, s’entourait d’une farandole frénétique de flammes. Valsant, tourbillonnant gracieusement autour de l’être flamboyant, elles la couronnaient d’une auréole magique. A l’instar d’un ange venu du ciel pour annoncer quelques messages prophétiques, elle luisait d’une agréable aura magistrale. Déesse de feu lançant son armée rayonnante à l’assaut du ciel opaque, elle lévitait, triomphatrice, dans son royaume incandescent.

L’infâme enchanteresse avait pris dans ses ardents filets le jeune fils de la Dame noir, le corrompant à la divinité ténébreuse. Son esprit soumit à la dragonne flamboyante, ses yeux ambrés s’égaraient devant la splendeur du spectacle.
Lorsque le rideau d’ombre voila la scène, une colère hargneuse envahit son cœur, offensé par la fin prématurée de l’exhibition féerique. L’être désinvolte était encore l’auteur de cette vilenie. Retrouvant toutes ses capacités, il comprit que ce dragon méprisable venait sans doute de sauver d’une mort atroce. Enfin, pour un temps éphémère. Le voile obscure n’était qu’une protection provisoire et désuète.

Il fallait réagir rapidement, surveiller ses arrières. Ces deux rejetons infernaux ne le laisseront tranquille que lorsqu’il croupira dans un repos éternel. De frémissant entrelacs évanescents narguèrent la végétation luxuriante et voletèrent autour de leur créateur. L’endroit avait changé, le décor avait été bougé. La représentation s’était altérée. Plus de rutilant butin.
Le général de la désolation bataillait contre la fabuleuse sorcière. Le choix était difficile, les deux adversaires étaient tout aussi redoutables. D’une part se retrouver devant cette mante religieuse aux crocs acérés, de l’autre un frère au regard froid et féroce. Mais une alternative miraculeuse s’offrait à lui ; la fuite, douce alliée inespérée. Hélas, dans ces plaines inhospitalières elle se révélait à double tranchant. Une traque vengeresse naîtrait de la rancoeur du combattant déchu. C’était trop risqué, ses mutilations étaient trop récentes et handicapantes.

A contrecœur et laissant aux soins du tapis verdoyant son trésor, il déploya vigoureusement ses ailes ornées de ténèbres purgatives qu’ils envoya à l’attaque contre l’armide nimbée de flammes. L’assaut avait été rapide, épaulant le brouillard malsain du second fils de Noctriun. A ses cotés, il entreprit à renvoyer la Dame de feu dans son royaume de perversité. La vague vengeresse rasait l’air en un sifflement apocalyptique, s’engouffrant à l’intérieur du nuage putride pour en ressortir encore plus féroce.


- Voler un trésor est condamnable, voler une âme est impardonnable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubia
Jeune dragon
avatar

Masculin
Nombre de messages : 34
Age : 30
Localisation : dans les flammes de l'enfer
Date d'inscription : 05/06/2007

Feuille de personnage
Race: dragon de Kaleus
catégorie d'âge: jeune dragon adulte
Trésor: 170 PO

MessageSujet: Re: Le repos du voleur   Mar 8 Avr - 21:28

La plaine blanche, territoire de Selestia, semblait transfigurée. Les traces noires des dragons de la Dame Noire tachait le manteau immaculé de la plaine illuminée. L'équilibre était rompu. La dragonne du Grand Kaleus par ses artifices et ses maléfices roussissait les herbes blanches et transformait l'air doux en atmosphère désertique. Les deux dragons noirs luttait contre le spectacle envoutant du ballet ardent. Essayant de garder leur esprits en alerte et tentèrent de se protéger de leur nuages de ténèbres. Les masses sombres donnaient l'impression, dans cet endroit si particulier, d'êtres des intrus non désirés dans ce domaine lumineux. Les évanescences de noctrons sortant de la masse noire disparaissaient sous le coup de la luminosité de la plaine, disparaissant comme des étincelles sous une cascade.

La dragonne de feu continuant son spectacle son et lumières ne vit pas à l'instant que les adversaires tentaient de ne pas se laisser faire. Leur nuages de ténèbres semblaient vouloir l'étouffer et l'emprisonner. Voyant les deux masses noires, Rubia s'arrêta et se mit à sourire.

"Vous savez se n'est pas parce que vous avez réussi à échapper à mon emprise que je ne vous laisseraient partir. En fait vous me plaisez plus encore. Laissez-moi vous montrer que le feu n'est pas si vulnérable et qu'il peut vous offrir le plaisir ultime. Préparez-vous!"

Soudain Rubia replia ses ailes et se laissa tomber vers le sol. Sa chute n'étais pas disgracieuse comme les dragons ou les êtres volant perdant le contrôle, chutant comme des marionnettes désarticulées et pathétiques. Non, cette chute était... belle et.... triste.... comme un ange tombant du ciel qui ne perd pas sa beauté ni son maintient. Le temps semblait ne plus avoir d'emprise. Cette chute longue, si longue semblait ne plus finir. Les filaments de flammes suivirent l'être de feu dans son sillage, lui offrant une traine de lumière et de chaleur rendant le spectacle encore plus irréel. Soudain les ailes se levèrent comme dans un rêve, laissant le temps au ralenti, et Rubia posa la patte sur la terre.

Les deux dragons noirs dans leur brouillards noirs virent la gracieuse dragonne les ailes ouvertes dans un geste de grâce incomparable, la longue et parfaite queue s'enrouler autour des ses pattes ancrées dans le sol. De tout le long de son corps s'écoulait les rubans de feu et se répandant sur la terre, ruisselant dans ses sillons. L'écoulement donnait l'impression que du sol avait jaillit une nouvelle source, mais que celle-ci surgissait des tréfonds de l'enfer. L'herbe brulait, la terre craquelait; pervertissant le lieu de lumière jusqu'à former un cercle de 100 mètres de diamètre autour des trois êtres draconiques. Puis vint que Rubia se mit à chanter d'une voix douce et envoutante. Dans sa chanson elle en appelait à Kaleus, se soumettait à sa volonté, invitait le feu et la lave à la rejoindre; et convoquait la chaleur et la sècheresse, elle priait.
Soudain le cercle s'enflamma avec un telle force que le feu semblait jaillir du sol lui-même. Mais étais-ce réellement faux? Un mur de flamme commença à se dresser autour du cercle, ébauchant un dôme de flammes. La dragonne de feu s'était lover sur le sol où de la lave avait jaillit pour lui confectionner un lit. Des parois des traits de feu jaillissaient pour venir s'écraser contre la paroi d'en face à intervalles irréguliers. L'atmosphère à présent devenait plus qu'irrespirable et les noctrons devaient avoir bien du mal a retenir cette chaleur.


"Bienvenu dans ma Gynécée. Dans 10 minutes le dôme sera refermé et la chaleur deviendra insupportable pour vous et les traits de feu seront beaucoup plus fréquents que maintenant. Vous n'aurez dans ce cas la plus qu'a vous laisser faire et a connaitre le plaisir suprême avant de mourir dans une atroce crémation. Laissez-vous faire, je ne veut que votre bonheur, venez gouter au plaisir ultime."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cerberus
Prêtre de Noctriun
avatar

Nombre de messages : 193
Date d'inscription : 26/10/2007

Feuille de personnage
Race: fils de Noctriun
catégorie d'âge: dragon adolescent
Trésor: 405 PO

MessageSujet: Re: Le repos du voleur   Sam 12 Avr - 13:44

Le mur de flammes devenait de plus en plus important. Bientôt toute fuite serait impossible.

Cerberus regarda le spectacle maudit qu'il s'offrait à lui. En hauteur, les flammes n'étaient pas encore présentes. Mais au centre du presque dôme, le sorcière s'adressait à eux d'une voix mielleuse et envoûtante.

"Voler une âme est impardonnable."

Encore une fois, elle essayait de les manipuler. Révolté, le jeune dragon sentait sa haine remonter du fond de son être. Ses écailles renvoyaient de plus en plus de reflets rouge sang. Dans ses yeux où le feu de la colère grandissait, ses pupilles se réduisirent à deux fentes noires. Et sur sa figure, l'implacable sourir machiavélique se dessinait, de plus en plus grand. Cerberus savait qu'il allait bientôt se laisser aller à sa folie meurtrière, à sa soif de vengeance, sa chère et tendre soif de vengeance et de sang bouillonant. Mais il s'en réjouissait. Ainsi, les minauderies de cette sorcière de fille de Kaleus n'auraient aucune emprise sur lui.
Et il pourrait la tuer plus aisément.

Plongeant son regard dans les yeux ambré de son désormais compagnon de souffrance, il lui désigna le haut du dôme d'un léger coup mouvement de tête. Sans attendre une quelconque réponse, il déploya ses larges ailes, projettant une myriade de gouttes de lumière sanguine autour de lui. Puis il se propulsa dans les airs avec force, modelant autour de lui son nuage d'ombre afin d'en faire un bouclier. L'ombre rougeoyante pris de la vitesse et sortit du dôme en fendant l'air.
La fraîcheur nocturne lui fit un bien fou. Mais il n'avait pas le temps de se laisser aller. Partout, la lumière régnait en maître, et le fils des ténèbres allait devoir la chasser s'il voulait laisser éclater sa force et sa puissance.

S'éloignant du dôme d'une centaines de mètres, il se posa sur le sol. Comme il l'avait fait précédemment, il enfonçat ses longues griffes acérées dans le sol, injectant son ombre, détruisant la lumineuse végétation. Un cercle noir s'élargissait autour de lui. Mais l'apôtre du mal savait qu'il ne pourrait pas rester ici indéfiniment. Il créa à côté de lui sa copie conforme d'ombre concentrée, quoiqu'un peu plus grande que l'original. Peu à peu, son clone se répendrait dans le sol, poursuivant l'oeuvre de son créateur.

Cerberus s'envola de nouveau, rivant son regard dément sur le dôme maintenant quasiment refermé. Il cherchait le voleur du regard. Il avait besoin de son aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dûrskiann
Dragon adolescent
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 30
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de personnage
Race: Fils de Noctriun
catégorie d'âge: jeune dragon adulte
Trésor: 565 PO

MessageSujet: Re: Le repos du voleur   Mer 30 Avr - 22:50

Mort ardente, terreur sulfureuse, angoisse étouffante tourbillonnaient dans une transe démente autour d’une ombre noire accablée. Dôme incorruptible, prison de flamme et de haine entremêlées en d’incorruptibles barreaux tortionnaires ; il souffrait. A l’intérieur de la geôle indomptable de reflets acerbes et rougeoyants, il ne pouvait se mouvoir. Son compagnon d’infortune avait réussi à échapper aux assauts mortels de cette prison de flammes. Il n’en sera pas de même pour l’être ténébreux, acculé par une chaleur malsaine. Ses écailles sombres rutilaient sous les caresses assassines qui bientôt allaient le happer sous un torrent de feu morbide.
La frêle atmosphère paisible du crépuscule s’était muée en une redoutable fournaise dévastatrice. Plus de luxuriante prairie, plus de céleste voie lactée. La rage usurpatrice de l’ignoble fille de Kaleus avait pervertie ce lieu, faisant preuve de la plus farouche rustrerie. Ce ciel parsemé d’étoiles, halos de lumière divinatrice, s’éteignait au fur et à mesure qu’un nuage noir le recouvrait de ses funestes méandres. Engourdissant les sens de l’âme moribonde, ses mains sulfureuses venaient l’envelopper d’un voile suffoquant. Les ténèbres advenantes, à l’orée d’une mort certaine, lorsque les derniers souffles de vie viennent submergées l’esprit torturée, une lueur d’espoir surgit. Un frisson réveillant les membres endoloris, une aura avisée soulevant de ses doigts salvateurs les ailes meurtries ; il n’était plus là. Sa conscience, au-delà de la frayeur d’une mort atrocement douloureuse, avait consumé les derniers filaments de lucidité du fils de Noctriun afin de les délivrer de cette enceinte rougeoyante.
Partant à l’assaut de l’ouverture nimbée de nuées hostiles, il fendit l’air de son museau effilé, aiguisant son corps en arme redoutable et tranchante. Le bleu outremer du ciel s’était métamorphosé en nuances grisâtres malfaisantes, gardiens impassibles de la liberté. S’abattant de tout son être sur son adversaire insaisissable, il occis la bête de brume d’un coup d’aile, refoulant vers la geôle tyranniques des nuages destructeurs.

Enfin libre, enfin il pouvait humer l’air frais d’une nuit sans tumulte. Les cieux immuables offraient à l’être rescapé leur plus beau visage. Ses yeux s’embuèrent au contact de la pureté régnante dans le firmament, intacte et limpide. Au sortir de la prison flamboyante, un lugubre spectacle s’offrit à lui. Tout n’était plus qu’un désert de désolation. L’herbe reluisante avait été roussie, l’impétueuse végétation n’était plus qu’une ombre ravagée par la colère.
La fraîcheur qui s’engouffrait dans ses narines en un baume réparateur s’évanouit soudain sous la cruauté de la douleur qui envahit son être. Le dôme de flammes se refermait implacablement sur son corps mutilé, stigmatisant sur la chaire des marques de feu. L’appendice suintant d’entrelacs de peau fondue ruisselait de gouttelettes sanguines. La carcasse sombre se posa à quelques pas de son congénère, soulevant un nuage de poussière à son passage.
Il avait mal, son corps raidi par la souffrance se courbait misérablement en une grotesque posture de combat. Sa queue traînait pathétiquement dans le cercle putride d’herbe noirâtre, en lambeau. Déchiré par la tourmente, il ne réagissait plus à son entourage, tout n’était que mort et destruction. Pitoyable atmosphère. Etait-ce donc ça, le purgatoire ? Un lieu de haine et de souffrance, où tout n’est que corruption et souillure ? La nature avait perdu ses droits, elle s’était inclinée face à la vague dévastatrice. Et eux, pauvres fous, étaient les méprisables instruments de ce chaos.

Son regard aliéné visa son frère de sang, stoïque, à quelques mètres de lui, de l’autre coté de la cellule orgueilleuse. Sa maîtresse perfide avait disparu de son champ de vision, amoindrie par tant de lumière virulente. L’endroit ravagé ne diffusait plus sa bienveillante clarté. Des éclairs criards et cuisants imprégnaient les lieux de leur funeste message.
D’un pas lourd et nonchalant, il entreprit de rejoindre son camarade de bataille. Ses articulations crièrent au supplice face à la vague de douleur qui le submergeait. Un pas, puis un autre, il avançait lentement. La silhouette aux formes mouvantes de l’être draconique se rapprochait, de plus en plus distincte. La prêtresse du malin venait de se matérialiser, encerclée de multiples gerbes rougeoyantes. Le combat s’annonçait plus ardu que prévu.

- As-tu une proposition pour calmer les ardeurs de la Dame ? Si c’est le cas, exposes-les vite avant que nous soyons calcinés. Je t’offre mon aide pour cette fois ci, frère d’ombre.

Sa queue virevoltait, coupant l’aire dans de légers sifflements, seul remède trouvé pour calmer ses meurtrissures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubia
Jeune dragon
avatar

Masculin
Nombre de messages : 34
Age : 30
Localisation : dans les flammes de l'enfer
Date d'inscription : 05/06/2007

Feuille de personnage
Race: dragon de Kaleus
catégorie d'âge: jeune dragon adulte
Trésor: 170 PO

MessageSujet: Re: Le repos du voleur   Dim 18 Mai - 13:56

La plaine blanche de Veiriss, qui quelques temps auparavant était parcourue par une légère brise caressant les herbes scintillante et rafraichissant les créatures gambadant dans cette plaine herbeuse et scintillante, est maintenant la proie à ce que les créatures pensantes ou non pourrais assimiler à la résurgence des flammes des enfers les plus terribles. L'herbe avait maintenant disparue depuis quelques temps sous la forme de fumée carbonisée dont les vapeurs avait été dispersées rapidement par la chaleur par trop intense de la gynécée diabolique créant une colonne de fumée noire, acre et inquiétante au dessus du lieu de la perversion du feu.

Une fois que le dôme fut refermer, en faisant fondre quelques écailles de l'arrière train du pauvre voleur, la chaleur devint insupportable et la dragonne rouge s'éleva de son lit de lave en élevant les pattes avant. Les ailes se déployant dans les effluves infernales de la lave et du feu tel une dragonne de l'apocalypse voulant précipité ce monde dans le chaos et la destruction., furent le support qui permis a la chaleur de la soulever au centre parfait de son abri infernal. Tel un ante-dracoange elle se mit a chanter des paroles incompréhensibles et hermétiques a toutes oreilles présente. Le dôme soudain fut pris de convulsions. Des tentacules de feu commencèrent à se former et se dirigeait vers les deux dragons gênés par la chaleur terrifiante du dôme. Insidieusement ils s'approchaient, lentement, sensuellement...... Puis tout d'un coup.... plus RIEN!!!

La température avait tout d'un coup baisser net et le dôme n'était plus là, encore moins les tentacules. Seul témoignage de ce qui c'était passer: l'espace carboniser où se trouvait les dragons et le dôme avant. La fumée stagna longtemps dans la plaine, puis quand elle commença a se dissipée les dragons noirs purent voir un spectacle très étrange. La dragonne si impétueuse et puissante qui voulait les tuer par les flammes gisait au beau milieu de son lit de lave encore bouillante les yeux révulser et agitée de spasmes ponctuels. Son corps pourtant semblait n'avoir subit aucun dommages physiques, il était toujours aussi attirant et sensuel. Elle délirait et même si les fils de Noctrium ne s'approchèrent pas forcément du corps ils purent entendre des bribes comme:
"Trop..... limite.... je n'aurais pas..... maman... je les...... qu'est-ce aimer?..... où.... le dragon rouge... balafre.... tuer... mâles... vide.... magie.... feu...." Et elle s'évanouit sur la lave qui lui léchait les flancs et les ailes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cerberus
Prêtre de Noctriun
avatar

Nombre de messages : 193
Date d'inscription : 26/10/2007

Feuille de personnage
Race: fils de Noctriun
catégorie d'âge: dragon adolescent
Trésor: 405 PO

MessageSujet: Re: Le repos du voleur   Ven 6 Juin - 15:11

Dans la tête de Cerberus, des plans tous plus astucieux les uns que les autres, s'échaffaudaient rapidement et s'écroulaient tout aussi rapidement lorsque le jeune dragon regardait le dôme de feu.
Comment venir à bout de cette masse brûlante et dévastatrice? Seul, il aurait certainement beaucoup de mal.
Mais soudain, une sorte de miracle se produisit. Surgissant des flammes, à moitié brûlé mais plein de détermination, le voleur réaparut. Et il lui offrait son aide.

Tout était différent a présent. Les deux enfants de Noctriun pouvaient unir leurs forces et leur maîtrise de l'ombre. Et cette fille de Kaleus ne pourrait rien face à autant de puissance.
Cerberus allait faire part de ses projet à son compagnon provisoire lorsqu'une chose étrange se produisit. Le dôme de flamme, qui venait de gagner en puissance, se volatilisa soudainement. Il ne restait plus que la végétation carbonnisée. Techniquement, vu que l'herbe ne scintillait plus, la nuit aurait dut être d'un noir d'encre, offrant aux deux fils de l'ombre un environnement propice pour infliger une bonne correction à la demoiselle rouge.
Mais au centre de là où était le dôme maudit, un tas de roche en fusion éclairait encore la plaine. Et sur ce tas rougeoyant, la fille de Kaleus était étendue, semblant prise d'un soudain malaise. Se convulsant sur la lave, elle délirait comme ravagée par des fièvres meurtirières.


" Encore une ruse! Je ne tomberait plus dans les pièges de cette misérable sorcière!" gronda Cerberus.
Après un bref reniflement de mépris il reprit
:
"Et même si elle était vraiment en train d'agoniser, ce serait l'occasion rêvée de débarasser le monde de cette perfide créature!"

Sans attendre une quelconque réponse de la part du voleur, des serpents noir semblèrent sortir de terre là où les pattes avant du jeune dragon touchaient le sol. Lentement mais sûrement, des dizaines et des dizaines de reptiles apparurent.
Lorsque le prêtre jugea son armée suffisamment nombeuse, il lança ses troupes à l'assaut de la dame rouge et de son coussin de cailloux fondus. Les longs corps froids et noir des serpents, invisibles dans l'herbe carbonisée, ondulaient silencieusement sur le sol, répondant à la moindre injonction de leur maître. Sans ralentir, ils commencèrent à grimper sur le tas de magma. Lorsque les deux éléments entrèrent en contact, une fumée noire s'éleva vers les cieux, filtrant la lumière des astres nocturnes.
Les premiers assaillant virent leur taille diminuer considérablement, mais les renforts arrivèrent bientôt. Le lit de la dragone fut rapidement recouvert d'un voile noir, d'où par endroits filtrait encore une faible lueur rouge.
Le commandant exigea de ses soldats qu'ils envahissent à présent le corps de la sorcière. Prenant appui sur leur camarades, les derniers soldat d'ombre, les plus gros, commencèrent lentement à s'enrouler le long du cou et des pattes de la fille de Kaleus.
La fin de cette jeune demoiselle était proche...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le repos du voleur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le repos du voleur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MON REPOS 50 CARREFOUR!!! SOS!
» Jud [ Voleur ]
» Voleur lvl 10
» Zebron. [Vagabond et voleur]
» Aros Blackslach...le drow maudit [Assassin Voleur]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Darakiun Faebris :: Le RPG :: Tekalai :: Veiriss, la plaine blanche-
Sauter vers: